Welcome to MEIKO.
Please select a country and click "confirm".
The clean solution

Création d'une entreprise de restauration :

les 5 points à garder à l'esprit lors de la création de votre propre entreprise

Une idée mûrit parfois en secret pendant des mois. Quel est  le bon moment pour ouvrir un bar, un café ou un restaurant ? Encore et encore, nous pesons le pour et le contre. Pendant la journée au bureau, en faisant du jogging dans les bois ou le soir avant de s'endormir - et toujours ces mêmes questions : cela peut-il fonctionner ? Et si les invités ne viennent pas ? Et combien de temps l'argent va t'il suffire ? 

En résumé : impossible d'obtenir une réponse sûre et certaine. Et surtout pas à l'avance. Il est donc préférable de s'en tenir au poète Johann Wolfgang von Goethe (1749 – 1832) qui écrivit un jour dans son récit autobiographique « Voyage en Italie » : « Le difficile n’est pas de penser, le difficile est de faire. » Alors, qu'attendez-vous ? Qu'il s'agisse de questions de localisation, de plan d'affaires ou de réglementation en matière d'hygiène, notre liste de contrôle apporte une aide importante aux créateurs d'entreprises de restauration.

Exercice mental indépendance professionnelle

Que vous soyez novice ou que vous ayez de l'expérience professionnelle dans le domaine de la restauration – chaque personne qui souhaite ouvrir son propre restaurant, son bar ou son café doit être conscient des points suivants et être prête à y réfléchir de manière approdondie. Comme dans tout autre secteur, ce qui suit s'applique ici aussi : pour bâtir une entreprise prospère, la base doit impérativement être solide.

1. L'emplacement

L'emplacement : c'est l'un des aspects les plus importants pour réussir le lancement d'une activité indépendante. Aussi parce qu'il est corrélé avec un certain nombre d'autres facteurs, comme la planification financière, le concept ou les conditions juridiques. Pour trouver l'emplacement adéquat pour votre propre entreprise de restauration, une certaine question est de prime importance : quel est le public que je souhaite attirer ? Pour ce groupe cible, le restaurant, le bar ou le café doit être facilement accessible. Ce qui ne diminue en rien l'importance de la clientèle de passage. Des critères tels que la desserte par les transports publics, un nombre suffisant de places de stationnement, une zone piétonne - oui ou non - sont eux aussi déterminants. 

 

C'est pourquoi il est important d'effectuer en amont une analyse complète de l'emplacement et du groupe cible correspondant. Les bons points de contact permettant d'obtenir des données fiables sont, par exemple, le service local d'aménagement urbain ou les sociétés immobilières qui effectuent des enquêtes sur la fréquence des passages de piétons. Il peut également être utile de s'informer auprès des entreprises dont des affiches publicitaires sont placardées sur les lieux, car elles s'intéressent aussi au nombre de personnes qui circulent.

 

2. Un concept clair donne une structure

Comme nous l'avons déjà mentionné, le lieu est décisif lors de l'élaboration d'un concept. L'environnement social dans lequel vous souhaitez ouvrir votre restaurant doit également être pris en compte. Portez attention aux entreprises qui sont installées aux environs, aux groupes cibles auxquels elles s'adressent et aux personnes qui y travaillent. Ce sont vos premiers clients potentiels sur lesquels cibler votre offre et qui peuvent vous donner les premières indications dans votre recherche de tendances. Mais gardez aussi un œil sur vos concurrents directs et identifiez dans votre concept ce qui vous distingue d'eux. Toutes ces considérations aident à reconnaître très tôt si votre idée initiale a vraiment des chances de succès. En outre, un tel concept offre une base parfaite pour un plan d'affaires complet. 

3. Tout passe par un plan d'affaires !

En principe, le plan d'affaires est l'extension du concept et traite avant tout des aspects économiques. Il est par conséquent incontournable pour tout ce qui concerne le financement et les questions financières. Qu'il s'agisse d'un entretien avec la banque pour un prêt, d'une coordination fiscale avec l'administration fiscale ou d'une demande de subvention de démarrage auprès d'une autorité. Il existe de nombreuses façons d'établir correctement un plan d'affaires. Des conseils, une aide et des modèles sont disponibles auprès d'organismes publics et de cabinets de conseil en gestion.

Vous trouverez de plus amples informations sur ce à quoi vous devez prêter attention afin d'obtenir la meilleure vue d'ensemble et de planifier vos finances ultérieurement, en phase d'activité, dans l'article « Gastro-Finanzcheck » (Analyse financière restauration).

 

4. Utiliser les subventions pour les Start-up

Le fait qu'un fondateur paie de sa poche son accession au travail indépendant est plus fréquent qu'on ne le pense. Vérifiez donc auprès des autorités compétentes si vous avez droit à un prêt supplémentaire à faible taux d'intérêt, en plus de votre crédit, ou même à une aide financière au démarrage que vous n'aurez pas à rembourser.

 

5. Prescriptions : exigences du législateur en matière d'hygiène & Co.

En tant que fondateur, vous devez savoir dès le départ que toute personne qui souhaite se mettre à son compte avec un établissement gastronomique doit obtenir d'abord un certain nombre d'autorisations et respecter de nombreuses prescriptions. Prévoyez de participer à des formations concernant la législation applicable aux denrées alimentaires et à des cours dispensés par les autorités responsables.

 

Car en fin de compte, l'hygiène est la priorité absolue lorsque des aliments et des boissons sont servis. Cela signifie que le personnel et les restaurateurs sont correctement formés, mais cela concerne aussi l'ameublement, les surfaces, et surtout la cuisine et les appareils ménagers. L'ensemble est soumis à des normes définies. Ainsi, lors du choix des appareils de cuisine, d'un lave-vaisselle notamment, il convient de consulter les fabricants qui adaptent parfaitement leurs produits à la législation en vigueur.